Maman, papa, j'ai décidé de devenir... Fermier urbain ! - Charly

Maman, papa, j’ai décidé de devenir… Fermier urbain !

Oui, toi ! Qui te demande ce que tu vas faire « plus tard » (ou dès la rentrée 2017 😉 )…

Je suis de retour …

Ou plutôt pour te donner des pistes !

Tu te souviens de mon article sur l’agent de mèmes ? Je t’y expliquais que le marché du travail est en pleine transformation. Il est important d’être préparé à s’y adapter ! On avait parlé de l’explosion des métiers du numérique, et des opportunités professionnelles qu’elle offre. Aujourd’hui, je te fais découvrir un autre champ professionnel qui a de l’avenir : l’environnement !

Alors non seulement on y trouve des débouchés, mais en plus tu te rendrais utile. Que demander de plus ? 😉

Tout d’abord, je te recommande vivement d’aller voir le film Demain, qui te donnera une bonne bouffée d’espoir et d’inspiration. Il te parle de façon très claire des projets entrepris à travers le monde pour participer à la création d’une société où il fait bon vivre sur les plans de l’éducation, de l’économie, de l’agriculture, la consommation … Au lieu de seulement pointer des problèmes, il propose des solutions !

Bref, retournons à nos moutons.

L’environnement

Comme tu dois déjà le savoir, la façon dont on traite notre planète, c’est pas la fête.

Que ce soit la faune ou la flore, tout y passe : la pollution des océans, les énergies fossiles et la surconsommation, les monocultures, la maltraitance des animaux… Il serait temps qu’on rattrape tout ça !

Parmi les choses sur lesquelles on peut agir, il y a l’agriculture. De plus en plus de gens préfèrent savoir ce qui se trouve dans leur assiette (ce qui me paraît assez légitime, pas toi ?)

L’une des solutions pour contrôler ça plus facilement, c’est de consommer local, au lieu de manger une pomme qui a fait trois fois le tour de la planète avant d’arriver dans notre supermarché.

Manger bio, (quand on peut se le permettre financièrement 🙁 ) c’est déjà pas mal, mais la nourriture est de meilleure qualité quand elle est produite à proximité.

Alors certaines personnes se lancent dans la permaculture (l’inverse des grandes monocultures comme l’huile de palme (bouh… bye bye Nutell@)). L’idée est de faire pousser plein de fruits et légumes différents sur une surface la mieux organisée possible pour qu’elle ne prenne pas trop de place. Certains transfèrent les cultures rurales au cœur de leur ville ! (c’est la façon dont les habitants de Detroit aux Etats-Unis tentent de relancer l’économie de leur ville!).

Alors toutes ces initiatives m’ont donné l’idée de te parler d’un nouveau métier :

Le fermier urbain

Encore une petite vidéo à regarder : l’aventure poétique de Petit pois, qui a créé sa bergerie en Seine-Saint Denis, en plein milieu d’un espace ultra urbain.

J’avoue qu’il m’a inspiré pour écrire cet article. Le concept du fermier urbain, c’est assez génial quand on y pense.

Pourquoi l’avenir de l’agriculture ne se jouerait pas à l’intérieur des villes? Les générations les plus jeunes délaissent de plus en plus les fermes rurales que leurs familles peinent à faire tourner. L’isolement et les conditions précaires des professionnels de l’agriculture ne sont pas attrayants.

Pourtant, faire pousser et élever nos ressources alimentaires, est en soi un beau métier, et le contact avec la terre et la nature trop rare de nos jours. Il s’agit juste de le faire intelligemment, sans sur-produire ni gaspiller, et en s’adaptant à la transformation des mentalités et des paysages.

Alors pourquoi ne pas devenir le prochain fermier urbain, et être au contact de la nature comme de la ville ? Prendre soin des cultures, puis retrouver tes amis pour boire un verre sans avoir à prendre la voiture ? 😉

Et puis, il y a quelque chose de merveilleux lorsque l’on se sent utile au travail, et que l’on sait qu’on contribue à créer un monde meilleur. <3

Si tu veux plus de conseils, envoie moi un texto 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *