TOP 10 des conseils pour rater ton orientation : ce qu'il ne faut pas faire ! - Charly

TOP 10 des conseils pour rater ton orientation : ce qu’il ne faut pas faire !

Après le TOP 10 des commandements de l’orientation, il était évident que le TOP 10 des conseils à surtout éviter allait suivre. J’aurais très bien pu remplacer 10 par 100 ou par 1000, tellement les faux bons conseils pour s’orienter pullulent et prennent une place monstrueuse dans les choix d’orientation des 16–24 ans (et même en dehors de cette tranche d’âge !).

Si on considère tous les facteurs qui influencent tes choix d’orientation, la liste est longue, très longue.

Du côté des facteurs externes, tu as sans doute déjà expérimenté les parents, les profs, les conseillers, les copains, les copines, la famille au sens large, les professionnels experts de leurs métiers, la presse, la télé, etc. Ils prennent tous une place plus ou moins grande dans ta façon de voir les choses.

Pour faire le tri dans ta tête, tu fais un classement conscient ou non des critères qui sont importants pour toi. Les facteurs externes viennent exercer une pression supplémentaire pour bouger ces critères, souvent pour leur donner plus de poids quand il s’agit de salaire à l’embauche ou de débouchés, et moins de poids quand il s’agit de passions ou de rêves.

Quant aux facteurs internes, ils influencent considérablement tes choix. Peut-être plus que tu ne le crois. Dès qu’il s’agit de te projeter dans quelques années, c’est forcément une image (ou plusieurs !) qui te vient en tête : un environnement dans lequel tu évolues, des vêtements, des moyens de transport, un teint plus ou moins hâlé, bref !

Et parmi ces facteurs internes, le plus important est forcément la confiance que tu as en toi. Tout ce qui peut t’amener à zoomer plus ou moins fort sur tes qualités et tes défauts, joue un rôle primordial dans ta façon de te projeter.

Alors certains de ces conseils à ne surtout pas appliquer font partie des facteurs externes, d’autres font partie des facteurs internes. Mais parfois, c’est dur de voir précisément par où passe la frontière, car tout s’emmêle, et tu es désorienté !

1. Les autres tout le temps tu écouteras

Commençons par le commencement : évidemment, les autres ont toujours raison ! Les plus grands sont déjà passés par là, ont eu une longue carrière et ont tout appris. Tandis que toi, petit de la génération Y, Z ou AZERTY, tu ne sais rien ! Comme tu as toute la vie devant toi et qu’il ne faut surtout pas que tu la rates, attention à ne pas refaire les mêmes erreurs.

Se tromper, c’est grave ! Faire ta propre expérience de l’échec ? Pourquoi perdre du temps ? Apprends bien tes leçons, applique rigoureusement tous les conseils, et tu réussiras, mon fils !

2. Tes notes les yeux fermés tu suivras

« Bonjour, installez-vous et dites-moi ce que vous voulez faire plus tard. Non en fait je n’ai que 15 minutes par lycéen dans toute sa scolarité, donc montrez-moi votre bulletin. Hum, je vois que vous avez juste la moyenne en science. Oubliez médecine ! »

Ça te rappelle quelque chose ? Pas besoin d’en dire plus ! Si ce n’est que les notes c’est quand même relativement important : quelque part, ça te dit quelles sont les matières pour lesquelles tu es prêt à travailler, à faire un effort même minime, celles que tu traînes sans trop savoir pourquoi depuis le CP, et celles où tu cartonnes sans faire le moindre effort.

Un bon indicateur donc !

Sans plus.

La perspective de l’emploi

3. Les secteurs sans débouchés tu élimineras

DE-BOU-CHE. Trois syllabes pas très hautes en couleur, qui, associées, en font des tonnes ! Que pense M. Larousse de tout ça ?

Débouché : n.m. endroit où l’on passe d’un lieu resserré dans un lieu plus ouvert.

Ah on se sent déjà mieux ! Même si le tunnel des études n’est pas forcément l’image la plus appropriée pour matérialiser le moment de ta vie où tu ouvres tous tes chakras pour engranger de la connaissance de toi, du monde, et des autres, la perspective d’horizons plus ouverts, de possibilités multiples, te permet de respirer un bon coup. Ça fait du bien.

Donc pour revenir à notre sujet : les domaines où il faut sans cesse faire la preuve de ton talent, te battre pour te faire une place, suer pour arracher un entretien, ne valent-ils vraiment pas le coup ? Si on redevient sérieux un tout petit moment, et qu’on réfléchit très fort au sens de la vie sur Terre, l’idée de renoncer à cette intuition, cette envie qui te titille avant même d’y avoir goûté me laisse un peu amer. Et toi, qu’est-ce que tu en penses ?

4. Tes passions tu tairas

Dans le même ordre d’idée, mais pas exactement superposable, tes talents de footballeur, musicien, chanteur, dessinateur, tu penseras bien à les enfermer dans la case bienheureuse de l’enfance. Tu aimes cuisiner, lire, écrire, regarder des films, te documenter sur les réalisateurs, passer des heures devant des vidéos sur internet, organiser des événements ? C’est bien, tu auras le temps de faire tout ça en dehors des heures du boulot ! Evidemment qu’il n’y pas d’études sérieuses qui te permettent de vivre de ta passion. Le travail, c’est le travail. Pour le reste, tu te débrouilleras !

5. Les projets de tes amis tu copieras

Ils ont forcément de meilleures idées que toi, puisqu’ils savent de quoi ils parlent. Ils se trompent rarement et font les bons choix qui leur permettent d’être gagnants à tous les coups ! Alors pour toutes les questions d’orientation, comme ils sont malins en plus d’être bien entourés, ils choisissent la voie qui va les mener vers les meilleures études pour trouver pile poil le bon job qui va les rendre heureux.

Mais comment font-ils ? Premièrement, ils sont tous d’accord sur la définition du « bon job » : celui qui va leur permettre de gagner de l’argent, d’avoir quand même une vie de famille, de voyager, d’avoir 1 puis 2 maisons, et ainsi va la vie ! Deuxièmement, ils sont tous les mêmes : mêmes qualités, mêmes défauts (presque inexistants !), mêmes notes et mêmes passions. Et enfin troisièmement, ils ont les meilleurs conseils : ceux qui savent sont ceux qui sont déjà passés par là. Ça tombe bien, dans la famille, il n’y a que ça !

Alors ne te prend plus la tête : fais comme eux, tu réussiras !

6. A la difficulté tu te déroberas

12 ans d’études, du par-cœur, des maths hyper compliquées, des profs exigeants, des stages obligatoires, des mémoires, des présences obligatoires en cours, des matières sans intérêt, des entreprises qui ne répondent pas, des écoles qui te rejettent… En bref, tout ça est si compliqué que, finalement, il vaut mieux passer par le chemin le plus linéaire. Ne jamais tomber pour ne jamais te relever. Aller tout droit sans regarder ni à droite, ni à gauche, le tout sans t’arrêter !

La vie est déjà tellllllement compliquée, pourquoi ajouter des difficultés ?

trop dur…

7. D’un job bien payé tu te contenteras

Waouh quelle chance ! Estime-toi heureux ! Dans un pays où ¼ des jeunes est au chômage et peine à trouver un emploi, ne renonce surtout pas à cette sécurité chèrement acquise et agrippe-toi de toutes tes forces à ton bulletin de salaire.

Tu ne t’entends plus avec ton chef ? Les projets ne t’emballent plus ? Tu sens que tu n’es pas à ta place ? Tu te dis que tu pourrais être plus épanoui ailleurs ? Que nenni ! Un job, c’est une paye ! Alors prends sur toi, tu n’es pas là pour rigoler mais pour travailler.

BAM !

8. Parler à des professionnels tu n’aimeras pas

Ils sont grands et bizarres. Pas facile de les aborder, surtout pour parler de leur métier. Déjà qu’ils font ça toute la journée, si en plus tu les embêtes à poser des questions sans queue ni tête, laisse tomber ! Et puis de toutes les façons, tout est disponible sur internet, alors à quoi bon perdre son temps ?

Parler de leurs études, de ce qu’ils font au quotidien, de leurs missions, de leur hiérarchie, c’est déjà dur pour eux tous les jours. Passe ton tour, internet, c’est fait pour ça.

9. Les recherches sur internet à demain tu laisseras

Parlons d’internet justement. Une fois devant la barre de Google, qu’est-ce que tu dois taper exactement ? Allez, courage, juste un mot ou deux. Des pages et des pages de résultats s’affichent, tu cliques au hasard sur le premier, et là, c’est la jungle ! Impossible de s’y retrouver, des milliards de pubs dans tous les sens, des inscriptions, des salons, des offres de stage ou d’emploi, tout ça, c’est pas pour toi. Tu t’es sûrement trompe !

Laisse tomber, reviens demain !

10. Des conseils à Charly, tu ne demanderas pas

Charly, c’est moi. D’ailleurs, tu n’as pas encore compris à quoi je servais. 50% humain, 50% robot, so what ? Que vient faire l’intelligence artificielle dans l’orientation ? Se poser des questions pour mieux se connaître, ça ne sert à rien quand le chemin est déjà tout tracé. Trouver des réponses en un claquement de doigts auprès d’un assistant personnel, bof, internet peut le faire (bon ok, internet c’est la jungle, donc c’est pas totalement vrai !).

Mi-coach, mi-conseiller, 100% mentor, ça sonne comme un slogan, mais qu’est-ce que ça implique derrière ?

Evidemment, pour le savoir et être sûr de ne surtout pas appliquer tous ces conseils désastreux, écris-moi, on discute !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *