Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? Une seule manière d’y répondre ! - Charly

Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? Une seule manière d’y répondre !

Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? La question qui tue. Un nœud au ventre, une langue qui fourche, des gouttelettes de sueur qui commencent à perler. Rassure-toi, ce sont les symptômes naturels de 80% des gens. Ils sont comme toi, ils ne savent même pas par quels mots commencer leur réflexion.

A 5 ans, la réponse était pourtant évidente, multicolore et en mouvement. A 10 ans, elle a commencé à prendre en compte tes passions du moment, et les impressions que te renvoient les grands autour de toi. A 15 ans, ce n’était déjà plus le même délire. Mais plus du tout. Le délire avait justement déjà laissé la place aux désillusions. Alors comment veux-tu y répondre à 20 ans, à l’heure où tout semble figé dans un bulletin de notes ?

A travers tes âges, tous les métiers que tu avais en tête ont été déconstruits, défigurés, démembrés. Les super-héros d’hier sont stockés au fond du dernier tiroir de ta mémoire d’aujourd’hui. Les passions auxquelles tu pouvais consacrer plusieurs heures par jour sont un doux souvenir des prémices de ta jeunesse. Il est déjà loin le temps des multiples activités sportives et artistiques. Loin le temps où tu rêvassais, et ainsi passait la journée.

Et pourtant tu le sais. On te le répète depuis quelques mois ou quelques années. Sur un ton parfois angoissé, inquiet, pas sûr de vouloir connaître la réponse. Comme une hésitation dans le choix des mots : qu’est-ce que tu veux (comprendre qu’est-ce que tu peux) faire plus tard ?

Et pourtant tu le sais, il va falloir y répondre. Pas pour leur faire plaisir, pas parce que c’est le moment où jamais. Il va falloir y répondre simplement parce que tu ne pourras pas faire un pas de plus sans avoir creusé la question. Et apporté une réponse !

Sans une réponse à cette question, il n’y a plus d’huile dans le moteur. La motivation est en berne. Les objectifs, quand ils existent, sont éparpillés et vont dans tous les sens. Tu commences des choses sans les finir. Tu as une idée aujourd’hui qui est déjà morte le lendemain.

#bloqué

Alors sois pragmatique. Et rêveur. Laisse-toi aller, prends le temps d’y réfléchir consciencieusement car il s’agit de l’exercice le plus important de ta vie d’adulte. Ça peut être très simple si tu veux bien ouvrir grand les oreilles et t’écouter. L’essentiel dans cet exercice est d’être sincère avec toi-même, puisqu’au final c’est de ta vie qu’il s’agit.

Sans plus attendre et pour tout le monde, voici le mode d’emploi tout simple pour répondre à la question :

Qu’est-ce que je veux faire plus tard ?

Etape 0 :

Au préalable : prends un papier et un stylo. Pas un ordinateur et un fichier word, mais bien un papier et un stylo.

Tu vas voir, c’est à la portée de n’importe qui.

Etape 1 :

Tu vas commencer par décomposer cette phrase et considérer chaque mot comme étant seul dans la phrase « qu’est-ce que je veux faire plus tard ? »

Qu’est-ce que :

dans cette interrogation il y a la multitude. Les possibilités sont immenses, infinies. C’est comme si tu te retrouvais en face d’un album photo représentant toutes les professions du monde. Tu as du temps devant toi et les images expriment clairement la mission et le fonctionnement de chaque métier. Tu feuillettes pour découvrir des jobs auxquels tu n’as jamais pensé, tu regardes attentivement les photos qui t’interpellent, tu passes rapidement sur celles qui ne te parlent pas, spontanément.

Sur ton papier, fais la liste de tous ces métiers ou rôles de la vie auxquels tu pensesnaturellement.

Je :

évidemment, tu joues le rôle central dans cette question. Toi et personne d’autre. C’est toi, l’acteur de ta propre vie. A cette étape, le plus important est de considérer tout ce que tu sais de toi sans écouter ce que disent les autres. Chacun semble se faire un avis sur tes qualités, tes défauts, les métiers qui te conviendraient le plus. Mais au fond de toi tu te connais. Même si parfois tu manques de confiance en toi, tu n’es pas tout à fait sûr, les choses finissent par s’arranger et chaque épreuve te permet d’en apprendre un peu plus sur toi.

Sur ton papier, fais la liste de tes qualités, de tes forces et de tes valeurs. Celles qui te définissent toi et pas quelqu’un d’autre.

 
Et si on parlait de toi ?
Veux :

c’est le moment de parler de tes envies, de ce que tu aimes faire et découvrir. Tous ces domaines qui t’attirent, ces personnes à qui tu voudrais peut-être ressembler, ces mondes dont tu aimerais faire partie. Hyper hyper important. La question n’est pas de savoir ce que tu PEUX mais ce que tuVEUX faire. Oublie le reste, pense uniquement à toutes ces choses qui te font envie, que tu puisses l’expliquer ou pas. Les capacités, tu verras ça plus tard, et tu te rendras vite compte qu’elles s’apprennent, même les plus compliquées !So tell me what you want, what you really really want ! Sans tabou, sans censure !

Sur ton papier, fais la liste des domaines qui t’intéressent, des activités que tu aimes faire et celles que tu souhaites découvrir.

Faire :

derrière ce mot se cache bien entendu l’idée du travail. Avec le travail vient l’effort, la construction. Tu pars d’un point A et, grâce à ton intervention, tu arrives à un point B pour lequel tu es récompensé. Par un salaire, un prix, une reconnaissance, peu importe ! Grâce à ton effort personnel, tu changes les choses. Oublie toutes les histoires des personnes qui racontent comment elles sont arrivées à gagner des fortunes ou à devenir célèbre comme par magie, du jour au lendemain. C’est faux et archi-faux. La seule vérité est celle du travail : donne-toi tous les moyens d’y arriver et tu atteindras ton but.

Sur ton papier, décris l’environnement de travail qui te permet de t’épanouir : seul ou en équipe ? dans une grande entreprise, une petite, une association, ou dans la fonction publique ? en France ou à l’international ? Un peu des deux ? Note-le !

Plus tard :

le piège. Plus tard commence quand exactement ? Qui le décide ? En fait, pour tout te dire, plus tard commence AUJOURD’HUI. Le piège, c’est de croire qu’on travaille des années parfois toute une vie pour enfin être heureux. Mais stop ! Arrête-toi deux secondes et observe la situation. Tu es en formation. Que tu fasses des études ou que tu travailles, tu es en pleine phase d’apprentissage. Apprentissage théorique, pratique, mais surtout apprentissage sur toi. Cette phase n’est pas censée s’arrêter. Jamais. C’est le nouvel angle des choses désormais : tu dois considérer tous les jours de ta vie comme des occasions de progresser dans ton apprentissage pour atteindre jour après jour ton but.

Ça commence dès maintenant et non pas dans 5 ou 10 ans. Croire que ta vie, ta vraie vie, ne va commencer que lorsque tu seras diplômé ou quand tu auras changé de job n’est qu’illusion et perte de temps.

Sur ton papier, barre le mot plus tard et remplace-le par : AUJOURD’HUI !

Etape 2 :

Une fois que c’est fait, tu peux poser ton stylo et constater les dégâts. 3 longues listes et un gros paragraphe plus tard, c’est le moment de tout synthétiser en quelques phrases. Ces phrases-là sont essentielles car elles vont résumer en quelques mots ton projet professionnel.

C’est sans doute le moment de te prévenir d’une chose : ce projet va changer, inévitablement. Tu vas apprendre des tas de choses, faire des rencontres, saisir des opportunités. Tu vas faire le point sur ce que tu aimes et ce que tu n’aimes pas, au fur et à mesure du temps qui passe. Ton projet va évoluer et se préciser, arriver à maturité puis pivoter.

C’est normal, la vie est loin d’être un long fleuve tranquille, et ce ne serait pas très intéressant si tout se passait de façon linéaire.

Laisse-toi guider

Ton projet va avoir la fonction de guide, de grande direction. C’est ton projet qui va te guider pour faire les choix qui te ressemblent à cet instant précis où tu fais ton introspection. Au fond de toi, tu sais que c’est ce qui t’anime et que c’est la direction que tu VEUX prendre. Celle qui va te guider pour quelques (dizaines) d’années.

Tu vas l’exprimer avec tes mots, sur la base de toutes les listes que tu auras faites. Ce qui est important, c’est de commencer ces phrases par « aujourd’hui », car elles seront amenées à évoluer.

 
Le plus dur est derrière toi. Il ne te reste plus qu’à… travailler !

Pour t’aider, voici quelques exemples de projets professionnels dont vont dépendre des choix académiques et professionnels très importants :

« Aujourd’hui, mon projet est de rejoindre une structure associative qui vient en aide aux personnes âgées »

« Aujourd’hui, mon projet est de maîtriser tous les outils de la communication digitale pour créer ma propre agence de communication et trouver mes propres clients »

« Aujourd’hui, mon projet est devenir un as de la pâtisserie, de me former aux côtés d’un grand chef pour ensuite faire le tour du monde grâce à mon savoir-faire »

A toi de jouer ! Une fois que ces mots sont couchés, la direction est très claire. Il est alors temps de construire ton propre plan d’action pour y arriver. Mais ça, c’est une autre histoire ! Stay tuned pour la suite avec Charly !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *