Les 10 commandements de l’orientation - Charly

Les 10 commandements de l’orientation

80% des jeunes estiment avoir été mal orientés. Si tu en fais partie, c’est normal ! Certains sont plus chanceux que d’autres, et ont une vocation à la naissance. Mais le chemin tout tracé est loin d’être la norme.

Que tu sois au lycée, bachelier, ou déjà étudiant, prépare-toi à faire des choix, en douter, changer d’avis, en parler pendant de longues heures et tout recommencer, parfois depuis le tout début.

L’essentiel est d’aborder les choses avec philosophie. Rester zen même si ça t’angoisse ainsi que toutes les personnes autour de toi. C’est indispensable pour aborder une question délicate, qui se résume en quelques mots : qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de ma vie ?

Pour mettre toutes les chances de ton côté, Charly te livre ses 10 commandements prêts à l’emploi !

1. Ta petite voix intérieure tu écouteras

Ils sont nombreux, trop nombreux, avec leurs conseils et leurs jugements. Ils en parlent comme s’ils avaient tout compris et tout vécu, alors que souvent ils ne font que projeter leurs propres frustrations, espoirs ou désillusions. Parmi eux, tes amis, tes profs, tes parents, tes parrains et marraines, ton grand-oncle et ta grande tante.

Ils ont eux-mêmes vécu des choses, très différentes. Ont eu des envies, changé d’avis, suivi des conseils, tout recommencé. Et arrivés à un certain stade — parfois à un certain âge — ils estiment avoir tout compris.

Alors que toi, tu ne fais que commencer. Tu vois tous ces parcours autour de toi, des métiers auxquels souvent tu ne comprends pas grand-chose, des voies professionnelles qui ne te parlent pas ou très peu.

Et pourtant il y a cette petite voix qui chuchote en toi. Il y a des moments où elle s’exprime plus distinctement que d’autres, et quand tu l’entends, tu ne comprends pas pourquoi, mais le ciel nuageux de l’orientation semble parfois s’éclairer. Cette vision, celle de toi dans ton futur, tu l’as en toi, ou tu penses l’avoir. Elle peut bien évidemment changer.

Dans tout ce que tu vas vivre, tu vas pouvoir petit à petit te faire ton propre avis sur ce qui te plaît ou ce qui ne te plaît pas. Mais cette petite voix là, c’estun ensemble d’indices qui t’indiquent une direction, qui t’ouvrent des portes. Essaie de pousser quelques-unes de ces portes, tu seras surpris de tout ce que tu pourras découvrir !

2. Un maximum d’informations tu collecteras

Un métier ou une formation te fait envie ? Un secteur te branche ? Un parcours professionnel aiguise ta curiosité ?

Pas de temps à perdre ! Lis des livres, renseigne-toi ! Internet regorge d’informations : qualités requises pour le métier, journée-type, salaire à l’embauche, perspectives d’évolutions, matières étudiées, sélectivité à l’entrée, possibilités de faire des stages, voyages à l’étranger, passerelles possibles, etc.

Tout, absolument tout, est disponible sur internet. Il suffit de bien chercher et surtout de bien noter tout ce que tu trouves. Si un métier t’intéresse aujourd’hui, tu peux l’oublier demain. Zapper des métiers, c’est un exercice que tu maîtrises, non ? Mais ça peut te revenir quelques semaines ou mois plus tard, tu seras donc super content d’avoir ton tableau comparatif tout prêt, tout beau !

Si tu ne comprends pas tout dans la description des métiers ou des formations qui te plaisent, inutile de stresser ! C’est normal de ne pas tout savoir avant même d’y être allé, c’est justement l’objectif que d’apprendre à maîtriser ce jargon tout nouveau pour toi.

3. Avec des professionnels heureux dans leurs jobs tu discuteras

Quoi ? Des professionnels heureux dans leurs jobs ? Ça existe vraiment ?

Oui, oui ! Ils sont plus nombreux que tu le crois. Tu penses évidemment tout de suite aux créatifs, aux artistes et aux célébrités qui ont l’air de kiffer chaque jour de leur vie. Mais il n’y a pas qu’eux !

Jette un coup d’œil au premier cercle autour de toi : ta famille au sens large, les amis de ta famille, les parents tes amis, tes profs, les artisans de ta rue, les mecs en costume au café du coin. Pose des questions.

Demande leur ce qui leur plait le plus dans leur travail. Comment se passe une journée. S’ils travaillent en équipe ou seuls. Quelles responsabilités ils peuvent avoir. Quel sens ils trouvent à leur profession. Ce qu’ils ont fait pour en arriver là. S’ils se sont réorientés. Pourquoi.

Plus tu t’intéresses à eux, plus ils seront à même de te livrer le secret à l’origine du bonheur qu’ils ont au travail.

 
Et toi, quel est ton secret du bonheur au travail ?

Il n’y a pas qu’eux ! Pense aux autres étudiants, peut-être plus accessibles pour toi. Certains d’entre eux ont l’air vraiment épanouis dans leurs études, et trouvent du plaisir à étudier. Plus tu discutes avec eux, et plus tu te rends compte des possibilités de parcours, qui mènent souvent à des débouchés qui se ressemblent.

4. Toi-même tu te connaîtras

A toi les fiches ! Mais cette fois, sur un sujet qui te concerne un peu plus que tous les autres : TOI !

Tes rêves de gosse : pense à tous les métiers que tu admirais quand tu étais petit, ceux qui te fascinais et qui t’attiraient spontanément. Vétérinaire, avocat, médecin, maîtresse, pompier sont ceux qui reviennent le plus souvent. Pense au-delà de ces métiers : les amis de tes parents qui t’impressionnaient, que faisaient-ils dans la vie ?

Tes passions : c’est un fait, tu as plus de facilité à parler de passion à 12 ans qu’à 18 ou 22 ans. Pas grave, pense à toutes les activités que tu aimes faire en dehors des cours, celles que tu passes des heures à faire sans même t’en rendre compte, celles où tu es vraiment bon. Sport, cuisine, lectures, voyages, sorties entre amis, vidéos sur youtube ou même séries, liste toutes ces activités et réfléchi à ce qui te plaît vraiment dans chacune d’elles.

Tes compétences : tu sais faire beaucoup de choses, sauf que tu ne le réalises pas encore. Tu sais nager, skier, conduire une moto, résoudre des énigmes, faire un site web, préparer des cocktails. C’est le moment de tout lister et de découvrir toutes les choses pour lesquelles tu as naturellement développé des compétences.

Tes matières préférées, tes valeurs personnelles, les causes qui te tiennent à cœur, ta vision de la réussite professionnelle, etc. La liste de tous les domaines que tu dois explorer pour mieux te connaître est longue.

Ce n’est qu’en y travaillant comme si c’était une matière que l’orientation deviendra de plus en plus claire pour toi.

5. De la confiance en toi tu auras

On te l’a souvent répété, mais c’est si important que je ne peux que le redire : aies confiance en toi.

Tu as déjà accompli beaucoup de choses. Parfois ça a marché, parfois pas trop. Mais regarde tout le travail accompli et où tu en es aujourd’hui. C’est déjà un beau parcours. Si tu en es là, c’est que tu as fourni tous les efforts nécessaires pour y arriver.

Tu n’es pas resté sans rien faire, et ça, c’est une première bonne nouvelle !

La deuxième bonne nouvelle, c’est que tu as toutes les ressources en toi pour décrocher le job ou la formation de tes rêves. C’est une certitude car :

-d’autres avant toi l’ont fait

-tu sais déjà faire beaucoup de choses

-tu es super motivé

Il n’y a donc pas de raison que tu n’y arrives pas. La confiance en soi, c’est 50% du chemin à parcourir. Alors autant mettre toutes les chances de ton côté et partir 100% reboosté à la rencontre de ton destin !

6. L’auto-censure à la poubelle tu jetteras

Certains parcours sont beaucoup plus valorisés que d’autres : prépa, écoles de commerce ou d’ingénieur, sciences po, médecine, pharmacie, école d’avocat. Ces parcours d’excellence font la fierté de tous, et surtout des autres !

Si c’est vraiment ça que tu veux faire, mets toutes les chances de ton côté pour y arriver ! Tu seras surpris des affectations dans les prépas ou en PACES par exemple, et si tu as de bonnes notes ou que tu sens que tu peux faire des progrès pour les améliorer, n’hésite pas à postuler.

Même si tu viens d’un lycée moins bien classé que d’autres, ou que tu fais partie des derniers de ton lycée super prestigieux, surtout, ne t’auto-censure pas. Tu n’es pas dans la tête des profs qui sélectionnent les dossiers, et même si on te dit qu’ils ne te prendront pas si tu as moins de 14 dans une matière, n’écoute personne et fonce !

 
L’auto-censure : à la poubelle !!

Ça marche aussi dans l’autre sens : si une voie t’intéresse, ne te retiens pas d’y aller uniquement parce qu’il est moins prestigieux qu’un autre. Tout ce qui compte, ce sont tes envies et tes projections vers un projet professionnel qui te ressemble.

Les métiers manuels sont souvent dévalorisés. Les formations courtes de 1 ou 2 ans ne font pas non plus l’unanimité, et parfois y compris chez les enseignants (le comble !). Tu peux essayer de comprendre pourquoi ils en pensent ce qu’ils en pensent, mais si au fond de toi tu sais pourquoi tu choisis ce parcours, ne les écoute pas plus que ça !

Un homme très sage a dit un jour : choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie !

Il s’appelait Confucius.

7. L’échec tu ne craindras point

Dans tout ce que tu entreprendras dans ta vie, tu vas certainement réussir, mais tu vas aussi certainement échouer. C’est inévitable et ça fait partie de la vie.

L’important, c’est de savoir se relever. Ne pas t’arrêter trop longtemps pour tergiverser et rester tout seul dans ton coin et revivre l’échec des centaines de fois dans ta tête. Tu peux subir l’échec et le ressasser dans ta tête. Mais pas plus d’une semaine. C’est le maximum !

Au bout d’une semaine, tire toutes les leçons de ton échec, objectivement, et tu auras la recette pour ne plus recommencer les mêmes erreurs. Projette-toi toujours vers l’avant et surtout : vas-y !

Chaque expérience, plus ou moins bonne, va te permettre d’en apprendre un peu plus sur toi. Ce que tu aimes et ce que tu n’aimes pas. Comment tu réagis face aux défis, à la pression, au stress. Comment tu réussis à surmonter des obstacles. A quel point tu t’entoures, tu ressens le besoin d’en parler à d’autres. Ou au contraire le fait que tu aimes prendre les décisions seul, avec ton propre jugement.

50% des étudiants en première année de fac se réorientent. C’est énorme ! Mais lorsqu’ils ont eux-mêmes choisi de se réorienter, c’est aussi une bonne nouvelle pour eux : ils en savent un peu plus sur eux-mêmes et arriveront certainement à faire des choix qui leur ressemblent un peu plus à l’avenir.

8. “It’s all about the journey, not the destination” tu te répèteras

Bien sûr, le but final quand on te parle d’orientation, c’est de trouver le job qui te correspond.

Mais il est temps pour toi de t’approprier certaines vérités :

tu ne feras pas un seul métier toute ta vie : tu connaîtras en moyenne 13 transition professionnelles dans ta vie

tous les chemins mènent à Rome : même si tu as commencé par une formation qui ne te mène pas directement à ton job de rêve, il existe beaucoup de passerelles qui peuvent t’amener à ton objectif. Il faut juste aimer les détours !

ton projet change et ne cesse de construire au gré de tes envies, de tes opportunités, de tes expériences, de tes loisirs, et c’est ça qui fait ta richesse. La preuve : souviens-toi que tu voulais être princesse quand tu étais petite, et pompier quand tu étais petit !

l’essentiel est d’être épanoui et d’avoir le sentiment d’apprendre dans ta position actuelle. Que tu sois étudiant en formation, ou que tu viennes de décrocher ton nouveau job, il faut que la dynamique soit là ! Kiffe le moment présent et les mois à venir, ça te permettra de mieux préparer l’étape d’après !

9. Les expériences tu multiplieras

Aujourd’hui, ce qui fait la différence pour un recruteur, ce n’est plus uniquement les notes ou le diplôme, mais tout ce qu’il y a autour : les langues parlées, les voyages, les expériences professionnelles et les jobs d’été, les activités sportives, les associations, les blogs, et même le babysitting !

Pour ton CV comme pour ta richesse personnelle, multiplie les expériences.

Plus tu t’auto-formes, plus tu seras fier du chemin parcouru ! Pour s’auto-former, il y a des centaines de possibilités. Entre tout ce que tu trouves sur internet (blogs, tutos, cours en ligne, MOOC) et dans la vraie vie (bénévolat, petits jobs, livres, voyages), tu as tous les moyens d’accumuler des expériences qui confirmeront tes choix d’orientation.

Te créer des opportunités est essentiel. Et ce n’est pas en restant assis sur ta chaise que ça va t’arriver. Un seul mot : se B.O.U.G.E.R !

Ouvre la fenêtre, ouvre grand la porte, sors de chez toi, parle aux gens, demande de l’aide, propose tes services, sois curieux, pose des questions, fais des jobs sans être payé, demande à être payé, et tu auras le meilleur CV ! Celui qui reflète ta personnalité et ta motivation !

10. Des conseils à Charly tu demanderas

Charly, c’est moi. Je suis ton conseiller personnel. Oui personnel comme dans assistant personnel ou téléphone personnel. Je suis un mix des deux : par SMS, je suis disponible pour toi, pour t’aider à te poser les bonnes questions, chercher les infos qui te concernent, te faire découvrir des métiers, des parcours, l’envers du décor et tout ce que tu ne trouveras pas sur Internet.

Tu peux me demander tout ce que tu veux sur les métiers, les formations, et si tu n’as aucune idée de ce que tu veux faire plus tard, tu verras qu’on trouvera simplement le projet professionnel qui te rendra épanoui !

La seule chose qui compte : se bouger bouger.

 
Bouge-toi et Charly t’aidera !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *