Moi, je veux changer le monde - Charly

Moi, je veux changer le monde

Le monde ne tourne pas rond. Crise écologique, crise économique, crise humanitaire. Guerres, attentats, voitures piégées. Chômage. Des gens dorment dans la rue, en pleine capitale. Des familles entières se retrouvent séparées, à vie. Il y a quelque chose qui cloche.

Dans les manuels d’histoire, tu as lu que ça a toujours été ainsi. Si ce n’est pas en Europe, c’est en Asie, en Afrique ou en Amérique. Des populations entières persécutées, en danger permanent. Tu te demandes, bon sang, qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez l’homme, pour qu’à travers les âges et l’histoire, il en vienne à tuer son prochain. De ses propres mains.

Et aujourd’hui Daesh, les horreurs tous les mois, la méfiance s’est installée. Alors avec tout ça, tu te dis à quoi bon. Que font les politiques pour changer les choses ? Pourquoi l’ONU, les alliances et les traités de paix ?

Comment toi, du haut de ton petit nombre d’année, tu peux faire en sorte de changer tout ça ? Tu fais partie des 80% des jeunes qui, en discutant avec Charly, s’aperçoivent qu’aider les gens arrive en tête de ton classement personnel des causes qui te tiennent à cœur.

Charly te pose une question simple : tu es l’heureux gagnant du loto et tu as de quoi vivre toute ta vie et faire le tour du monde à l’infini. Mais concrètement, tu fais quoi de tes journées ? Quelles sont les causes qui te parlent ? Qui aimerais-tu aider ? Et à partir de ce moment là, tu vois les choses différemment. Peut-être que finalement, toi aussi tu pourrais apporter ta pierre à l’édifice. Venir en aide, changer les choses, porter un rêve, une vision.

Cette vision là, tu la partages avec des milliers, des millions d’autres. Tu commences à comprendre là où je veux en venir. Au delà du blabla habituel — mais très vrai ! — qui consiste à inciter chaque personne à faire le tri des poubelles pour que, tous ensemble, on sauve la planète, c’est une vraie force, un vrai pouvoir.

Ce pouvoir t’appartient. Il est entre tes mains. C’est ton destin, comme dirait la chanson. Ton destin agrégé aux millions de destins de toutes les personnes qui réfléchissent comme toi, dans le bon sens, celui de l’humanité, va sauver le monde.

Quand on dit sauver, on pense à la planète, aux arbres abattus à chaque seconde et aux espèces animales en voie d’extinction. Ce combat peut être le tien. Ton combat peut être aussi d’aider concrètement tous ces hommes qui dorment dehors dans la rue, ou tous ces jeunes filles qui n’ont pas accès à l’école pour s’instruire et devenir libres. Ça peut être aussi de venir au secours de populations sinistrées, dans les zones de guerres, les camps de réfugiées. Ou simplement d’apporter l’eau potable aux familles qui en sont loin.

Toutes ces causes sont celles qui te viennent spontanément en tête. Tu vois les images à la télé et partout dans la presse. Mais il existe aussi d’autres initiatives accessibles à tous, lancées par des entrepreneurs, des associations, des entreprises et aussi les pouvoirs publics, pour commencer à faire bouger les lignes et aller (enfin) dans le bon sens.

Changer le monde, dit comme ça, tu as un peu le vertige. Mais concrètement, si tu vas au bout de la vision, ça veut simplement dire : utiliser les moyens existants, qu’ils soient technologiques ou non, pour réintroduire du sens. Du sens dans les projets et dans les interactions entre les gens.

Le monde de demain, pour qu’il soit beau, doit être fait par des hommes qui s’aiment.

On est complètement dans l’amour — le love diraient certains — qui consiste àmettre au premier plan l’émotion, le contact, le sentiment, le care, la bienveillance, l’empathie dans la relation à autrui. Le monde de demain est technologique. La technologie est partout, tout le temps. Mais elle ne peut servir nos causes, n’être utile à nos vies de tous les jours et la Vie avec un grand V, uniquement lorsqu’elle considère l’homme dans ce qu’il a de plus essentiel.

Qui dit homme dit émotions. Tu le sais toi même et tu en fais l’expérience tous les jours. Regarde les vidéos que tu partages, celles que tu passes des heures à revoir sur YouTube. C’est quand tu vibres que tu vis. Et c’est exactement ce que tu vas chercher dans les projets professionnels qui vont te permettre, toi aussi, de changer le monde.

L’économie sociale et solidaire, ça te parle ? Grosso modo, ce sont toutes les entreprises, les associations et les initiatives qui mettent comme objectif numéro 1 l’impact social ou environnemental. Ce qui signifie : aider les autres, sauver la planète. D’habitude, l’économie, c’est plutôt faire en sorte de gagner beaucoup d’argent. Mais ça, c’était avant.

Aujourd’hui plus que jamais, nous sommes de plus en plus conscients qu’un changement est nécessaire, vital, pour lancer des projets durables qui vont créer des emplois dans lesquels chacun trouve un sens qui lui corresponde. Et lui permette de s’épanouir.

L’économie sociale et solidaire

C’est un mot un peu long, un peu compliqué, mais qui résume bien cette idée essentielle : bien sûr qu’il faut des entreprises qui gagnent de l’argent. L’argent, c’est le nerf de la guerre, l’huile du moteur. Mais il faut toujours garder en tête la finalité, le but, l’objectif ultime : faire de ce monde un endroit plus viable que ce qu’il est aujourd’hui. Le processus sera long, bien entendu. Mais il a déjà commencé, depuis plus d’un quart de siècle.

L’économie sociale et solidaire couvre pratiquement l’ensemble des secteurs : l’éducation, l’agriculture, la vente et la distribution de produits de grande consommation, les services à la personne, sont les domaines les plus évidents. Mais de plus en plus de business issus d’un peu partout, dans la mode, la finance, les applications technologiques et informatiques, l’énergie, l’industrie, la communication voire le journalisme empruntent les codes de l’économie sociale et solidaire. Ce qui compte après tout, au-delà de tout formalisme et de tout statut d’entreprise, c’est l’engagement.

L’engagement

L’engagement envers ses propres collaborateurs (impliquer les salariés, pour qu’ils fassent partie d’une grande aventure), l’engagement vis-à-vis des clients, des fournisseurs, mais aussi et surtout l’engagement vis-à-vis du monde de demain. Toutes ces structures commencent doucement à s’interroger : comment moi, employeur, acteur de la vie économique et sociale de mon pays, je peux améliorer les choses à mon échelle pour aller vers un monde meilleur ?

Quand tu auras 30 ans

Un jour, tu auras 30 ans. Quand tu souffleras tes 30 bougies, tu penseras aux années qui commencent petit à petit à s’accumuler derrière toi, au chemin que tu auras parcouru, et à la situation dans laquelle tu te trouves. Tu auras gagné de l’argent, peut-être beaucoup ou pas assez. Tu auras ton propre logement, tes habitudes de sorties, tes voyages d’été et peut-être même tes vacances au ski ! La chance. Une petite voix va commencer à parler dans ta tête et se faire de plus en plus entendre. Au début c’était un tout petit murmure, et voilà qu’elle devient bruyante et qu’elle te dérange.

Elle te pose des tas de questions auxquelles tu n’avais pas vraiment pensé jusque là : est-ce que tu aimes ce que tu fais ? Ton travail a-t-il du sens, est-il utile ? A quoi ça rime, ce travail que tu fais, cet argent que tu gagnes ? Jusqu’où vas-tu aller, comme ça, en te laissant porter par le vent ? Souviens-toi, il y a 10 ans, quand tu ne savais pas quoi faire de ta vie, incertain que tu étais de pouvoir gagner ne serait-ce que le SMIC… Et maintenant que tu as cet argent, ce confort, ce train-train, est-ce que tu vas enfin te bouger et chercher cette petite chose en plus qui va donner un sens à tout ça ?

Tu sens que c’est ça qui te manque. Gagner de l’argent c’est vital, très important, et tu as 100% raison de hisser cet objectif dans tes priorités. A 30 ans, tu en as c’est certain. Et d’un coup ton objectif devient : donner un sens à ce que tu fais. Concrètement, tu te demandes comment tu peux aider des gens, contribuer à des initiatives et à des projets qui améliorent l’existant, vont vers le progrès. Tu recommences à penser à tes rêves de gosse et à ta vision du monde, certes naïve, mais dans une démarche positive de changement.

La prochaine étape

Et tu comprends que c’est ta prochaine étape. Ta reconversion professionnelle sera beaucoup moins motivée par l’argent qu’au moment de ton insertion dans la vie active. Ton dictionnaire de l’ambition personnelle commencera à accueillir de nouveaux mots, jusque-là tout juste frôlés : épanouissement, sens, utilité, transition, bonheur. Et par-delà la fiche de paie, le bonus ou le 13ème mois, tu commenceras à regarder les gens autour de toi, au dessus et en dessous, et tu réfléchiras sérieusement à la prochaine aventure collective — humaine ! — que tu vas vivre pour changer le monde.

Il a besoin de toi, ce monde de crises, de guerres et d’attentats. La force est avec toi, dès maintenant. Deviens le maître du jeu et change-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *